Les vérifications techniques

Depuis hier matin, les teams sont tous convoqués un par un, avec leur bateau, pour les vérifications techniques sous la tente de la fédération française de motonautisme (FFM).

« Les grandes nouveautés de cette édition sur le plan sportif sont la disparition des  S1 (ex 3000 ou classe 3) d’une part, et l’apparition des moteurs à hydrogène en classe S3HO, d’autre part. » explique Michel Maës, commissaire fédéral.

Les premiers n’étaient plus assez nombreux pour constituer une catégorie à part entière, beaucoup de teams qui couraient en S3 s’engageant, en effet, de plus en plus  en S2 depuis quelques années.

Quant à la classe S3HO, elle vient consacrer les innovations de ces dernières années en ouvrant une catégorie spéciale pour les moteurs à hydrogène. « Le bénéfice en terme de consommation d’essence est entre 30 et 40% » précise Michel Maës, rappelant que, lors de l’édition 2017, un moteur à hydrogène avait couru à titre expérimental.

Pour le reste, il n’y a pas de grandes nouveautés  pour les vérifications techniques par rapport à la 54eme édition seulement quelques petits aménagements relatifs aux airbags qui épuipent les cellules et les feux.

« Ça reste un moment important de la course, parce qu’un bateau peut être disqualifié interdit de mise à l’eau » conclut le commissaire.